SÉNAT : LE PROJET PROROUTE DE LA BM À L’ÉTUDE

0
40

C’est le ministre des Finances, Henri Yav Mulang qui devrait présenter hier, au Sénat, le projet de loi de ratification du deuxième financement par la BM du projet de réouverture et d’entretien des routes hautement prioritaires. C’est donc un projet proroute, donc très essentiel pour la couverture nationale par la route.

Il s’agit en fait de la deuxième phase de ce projet de la BM dont la première est déjà exécutée. Malheureusement, en l’absence de l’argentier national empêché, le gouvernement n’a délégué personne d’autre pour sa présentation. Il a seulement demandé au Sénat de traiter ce projet en urgence car il sera forclos dans quelques semaines.

Raison pour laquelle, le Président des céans Léon Kengo Wa Dondo a proposé, au regard de cet aspect d’urgence qu’il soit examiné sur le banc, c’est-à-dire sans passer par l’étude approfondie à la Commission des Relations extérieures (REX), en produisant des amendements sur le banc.

A l’issue du débat qui s’en est suivi, la plénière a accepté d’envoyer ce projet de loi de ratification à la commission mixte REX pour une étude en profondeur en mode d’urgence, en 24 heures.

LE DEUXIEME PROJET DESTINE A DESENCLAVER L’ARRIERE-PAYS PAR LA REHABILITATION DES AXES PRIORITAIRES

Ce deuxième projet proroute financé par la BM est destiné à désenclaver l’arrière-pays par la réhabilitation des axes prioritaires. Il est donc impérieux qu’il soit adopté par la Chambre haute avant la date de forclusion. Le texte vient de l’Assemblée nationale où il a déjà été adopté.

Le deuxième point à l’ordre du jour a concerné la création de la Commission ad hoc chargée d’examiner et de valider les recommandations élaborées par le sénateur Shiribagura à l’attention du ministre des Hydrocarbures, Aimé Ngoie Mukena. C’est à la suite de la question orale avec débat adressée à ce dernier par Shiribagura sur le recrutement des entreprises pour l’exploitation du gaz méthane du lac Kivu.

LA SOCIETE RETENUE EST CONTREPERFORMANTE SUR LE PLAN FINANCIER TECHNIQUE ET LOGISTIQUE

L’auteur de la question orale avec débat avait démontré que la procédure suivie dans la sélection de l’entreprise EPPM violait la loi sur les marchés publics qui réglemente les appels d’offre. Plus grave est le fait que la société soi-disant retenue ne remplit par les critères de performance sur les plans financier, technique et logistique.

Pour Shiribagura, la société sélectionnée sera incapable de produire la puissance de 50 Mégawatts d’énergie électrique exigées dans le contrat. D’où les recommandations formulées qui visent à améliorer les conditions de recrutement des entreprises dans l’exploitation du gaz méthane du lac Kivu. Ce qui passe par l’instauration d’une transparence dans toutes les étapes de la procédure de recrutement. Ici aussi il y a urgence.

Car, comme on le sait, le même gaz méthane qui provient de la même nappe du lac Kivu est déjà exploité au Rwanda au préjudice de la RDC vu que le gaz comme le pétrole n’ont pas de frontière. C’est le même produit qui est déjà en exploitation au Rwanda pendant que la RDC s’empêtre encore dans des procédures d’attribution des titres d’exploitation. Quant au dernier point de l’ordre du jour, il a trait au huis clos décrété à la demande du chef coutumier Ngweshi, doyen des élus des élus.KANDOLO

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE