Report des élections en 2018 : «un mépris du peuple congolais», s’indigne le G7

0
41
Les leaders du G7 lors de la signature de l'acte constitutif de leur plateforme politique à Kinshasa le 10/10/2015. (Ph. Steve Wembi)

Le renvoi de l’élection présidentielle en avril 2018 est un mépris du peuple congolais, a déclaré mardi 18 octobre à Kinshasa, le président du G7, Pierre Lumbi.

«Le G7 profondément attaché au respect de la constitution et au principe de l’alternance considère que le renvoi de la présidentielle et des législatives en 2018 est un mépris et une provocation à l’endroit du peuple congolais, souverain primaire», affirme Pierre Lumbi, qui réagissait  devant la presse après la signature de l’accord politique trouvé par la Majorité, une partie de l’opposition et la société civile.

Cette plate-forme politique de l’opposition anti-dialogue considère que cet accord politique «n’engage que la majorité présidentielle et ses alliés», le report des scrutins présidentiel et législatifs ne se justifiant pas, selon elle.

L’UDPS a aussi rejeté l’accord politique issu du dialogue estimant que ce forum est «un monologue qui a octroyé au président Kabila un à deux ans de plus après la fin de son mandat».

Dans son mot de circonstance à l’occasion de la clôture du dialogue, le facilitateur Edem Kodjo a indiqué que les parties prenantes ont convenu d’organiser « les élections présidentielles, législative et provinciale pour 2018, étant entendu que le dépôt des candidatures est fixé pour octobre 2017 ».

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE