Pas d’accord avec l’autodissolution. RDC : la BCC invite les épargnants de la BIAC au calme!

0
26

Comment la Banque Centrale du Congo, la BCC,  qualifie-t-elle la décision des actionnaires de la Banque Internationale pour l’Afrique au Congo (BIAC) de dissoudre volontairement la Banque et de désigner un liquidateur chargé de désintéresser tous les créanciers ? En tout cas, à la BCC, cette décision passe très mal. La BCC dénonce une violation flagrante des procédures en la matière. C’est même une fuite en avant, dit-on. Car, depuis la fin du mois de mai dernier, la BCC a placé la BIAC sous son administration. Une Direction provisoire avait été mise en place dans le but d’assurer la gestion courante et d’apprêter un plan de redressement. Cette gestion courante devrait durer six mois. La Banque Centrale Congolaise n’avait pas pris une si grande décision en l’air, affirme-t-on. La décision était, sans doute, motivée par des difficultés de trésorerie de la BIAC. En effet, fait-on savoir, dès que les épargnants s’étaient rendus compte que la BIAC avait des difficultés, ils s’étaient précipités devant les guichets pour retirer leurs épargnes. Une situation indigeste qui avait failli mettre en difficulté l’ensemble du secteur bancaire rd-congolais. Pourtant, pour justifier leur mesure, les actionnaires de la BIAC déclarent qu’ils cherchent  à préserver les droits des déposants, du personnel, des fournisseurs et des actionnaires, compromis par le surendettement auprès de la BCC. Mais, la Banque Centrale du Congo considère que la décision de dissolution a été prise par les actionnaires défaillants sans le concours de l’Administrateur Provisoire, ni de l’Autorité de Régulation et de Contrôle Bancaire qui ont à leur charge la responsabilité de la BIAC.

Les épargnants ayant des avoirs à la BIAC sont invités au calme jusqu’à l’aboutissement du processus de la sauvegarde de l’épargne du public.

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE