Maroc: Une agence bancaire victime d’un détournement de 40 millions DH…De hauts responsables épinglés

0
50

Une affaire de détournement de 40 MDH défraie la chronique dans l’agence du CIH au Maroc. L’affaire implique onze personnes dont  un directeur d’agence et un responsable de caisse et leurs épouses. Le montant détourné est de 43 millions de dirhams.

Selon les médias locaux, les personnes incriminées sont en détention. Parmi elles,  le directeur de l’agence CIH Bernoussi, le chef de caisse de la même agence, en plus de quelques hommes d’affaires et courtiers.
Les mêmes sources citent également les épouses du directeur d’agence, de son adjoint et deux autres responsables, quant à elles, sont poursuivies en état de liberté.

Les incriminés sont accusés par le procureur du royaume de détournements de fonds public, falsification et utilisation de documents commerciaux. Il a fallu un audit l’année dernière pour découvrir les opérations de détournement. Selon toute vraisemblance, l’audit a révélé, des mouvements débiteurs dans les comptes de certains clients

« Les auditeurs ont aussi pu relever des méthodes frauduleuses utilisées pour encaisser la valeur de certains billets à ordre avant leur date d’échéance, ce qui constitue une violation aux lois bancaires ».

Selon le 360, « les détournements se sont opérés à travers des sociétés-écrans et de façon frauduleuse. Les enquêtes ont révélé l’absence de relation entre les différentes entreprises. Les billets à ordre servaient juste de diversion pour s’emparer de l’argent qui, d’ailleurs, a été retrouvé sur des comptes bancaires aux noms des épouses des cadres de la banque ».

La plainte déposée après la découverte de l’arnaque suite à l’audit, a permis à la justice d’entamer une procédure judiciaire. Et jeudi dernier, Noureddine Dahane, a ordonné le transfert du dossier à la Chambre criminelle chargée des crimes financiers. La décision de ce transfert a été étayée par un rapport de plus de 1.200 pages, fruit d’un an d’enquête.

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE