LES RÉSOLUTIONS DU » RASSEMBLEMENT » REJOIGNENT CELLES DE LA CITÉ DE L’UA

0
89

A quelque trois semaines de la date fatidique du 19 décembre où le monde entier redoute un chaos en RDC, les Pères-Evêques catholiques de la CENCO sont en passe de réussir un pari inespéré pour désamorcer cette dynamite. Ils viennent de réaliser un véritable exploit, un coup de maître, en début de semaine en rapport avec la crise politique aiguë qui mine la RDC.

En effet, la CENCO a réussi à arracher un fléchissement considérable dans la position du « Rassemblement « . Ce dernier revient sur plusieurs points qui étaient considérés jusqu’ici comme des lignes rouges à ne pas franchir, après le dépassement du délai constitutionnel. C’est la transition, donc le régime spécial, sans Joseph Kabila aux antipodes du compromis de la cité de l’UA.

Le » Rassemblement » est désormais d’accord avec une transition avec Joseph Kabila comme Président de la République. En contrepartie, il exige que le Premier ministre soit issu de ses rangs. Ce qui n’est pas différent de l’accord politique de la cité de l’UA qui a aussi réservé la Primature à l’Opposition, à la seule différence que ce soit celle qui a signé l’Accord politique issu du dialogue qui puisse le désigner.
Quant aux élections, le « Rassemblement » les ramène à 2017 et non en 2018, comme stipulé dans le compromis politique de la cité de l’UA. 2017, c’est aussi le point de vue de la CENCO ainsi que celle de la Communauté internationale dans son ensemble et les bailleurs de fonds.

CHAPEAU BAS A KABILA

Avec ce nouveau développement dans les rapports tendus entre le « Rassemblement » et le camp présidentiel, tous les observateurs sont d’avis que la sortie de crise n’est plus du domaine chimérique. Si, d’ici trois semaines, les Congolais se mettent autour d’une table pour dégager un consensus dans le sens des résolutions amendées du « Rassemblement « , personne ne parlera plus du chaos.

Ce serait au bénéfice des Congolais. Car, il ne sert à rien de se voiler la face : le compromis politique de la cité de l’UA n’a pas du tout mis un terme à la crise politique, comme le voulait son objectif principal. Autrement le chef de l’Etat n’aurait pas sollicité les Pères-Evêques de la CENCO afin de rapprocher les vues avec le » Rassemblement « .
Une démarche louable qui produit le fruit par les Résolutions révisées du » Rassemblement « . Il est intellectuellement honnête de réserver un chapeau bas à Kabila Kabange pour cette initiative. Il ne faudra pas oublier le fait que dans toutes les places fortes des capitales des puissances qui dirigent le monde, tous les regards sont tournés vers la RDC avec cette perspective de basculer dans des violences extrêmes généralisées à l’apurement du second et dernier mandat de Joseph Kabila, le 19 décembre prochain.
C’est ce qu’on a entendu avant-hier aux USA devant la Commission des droits de l’homme du Sénat, à majorité républicaine, sur la crise politique en rapport avec la date du 19 décembre.

Lors de sa présentation devant cette Chambre, Thomas Perriello, l’Envoyé spécial-US dans les Grands lacs a dit craindre le pire avant et après la date du 19 décembre 2016. Ce qui n’est pas du tout exagéré. Sauf à voir les Congolais des deux bords politiques suivre courageusement les sillons tracés par des Pères-Evêques de la CENCO qui ne sont guidés que par l’espérance qui a la force de tout enfant de Dieu.

LE GOUVERNEMENT FIN PRÊT

Ceux-ci ont aussi rencontré le nouveau Premier ministre Samy Badibanga Ntita. De ce côté, les informations glanées au cours de ces deux derniers jours font état de l’imminence de la formation du nouveau gouvernement.
Le nouveau Premier ministre serait fin-prêt avec sa mouture d’une cinquantaine de ministres, 4 Vice-Premiers ministres et 3 ministres d’Etat. Reste une inconnue. C’est celle de savoir comment se fera la jonction entre le gouvernement de Samy Badibanga et celui qui serait issu de la médiation de la CENCO.
C’est là où les Romains risquent encore de s’empoigner. Bien entendu qu’il faudra compter avec la force morale des Pères-Evêques de la CENCO qui sont écoutés dans les deux camps politiques en présence.

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE