les femmes congolaises réinventent le sport avec le ” nzango”

0
31

Cette discipline était à l’origine un jeu d’enfants qui consistait à sautiller en balançant simultanément ses pieds. Le « Nzango » est aujourd’hui devenu une compétition sportive prisée par les femmes congolaises.

Il s’agit d’une danse traditionnelle, initialement jouée par les petites filles dans les cours d’écoles pendant les heures des pauses ou dans des rues des quartiers reculés. Mais aujourd’hui des femmes ont réussi à faire de ce jeu une discipline sportive à part entière. Chaque weekend, des femmes politiques, des maraîchères ou des commerçantes se réunissent et forment des équipes. Les unes face aux autres, elles pratiquent le « Nzango ».

Avec des principes très simples, ce sport inventé par les femmes est désormais reconnu officiellement par les ministères des sports des deux Congo. Le « Nzango » consiste à sauter en faisant des jeux de jambes dans le but de remporter des points auprès de l’adversaire. Une partie dure des fois 25 minutes.

Mêlant gymnastique, danse, chanson et une bonne dose de chance, le « Nzango » (qui signifie jeu de pied) est populaire sur les deux rives du fleuve Congo, à Kinshasa et à Brazzaville. Chaque équipe compte 11 joueuses. « Le Nzango » se pratique sur un terrain d’une dimension similaire à un terrain de volley-ball. Lors des matches les femmes scandent des chansons populaires dans les langues locales, parfois dans le dialecte de leur village.

« C’est une véritable réussite », Témoigne Maman Pembele, capitaine de l’équipe de Bandal, « Le nzango est bénéfique pour la santé mais aussi pour le développement du mieux-vivre ensemble », nous explique-t-elle. « Sur une surface de 18 m sur 9 m deux rangées de neuf femmes face à face s’affrontent avec comme intention de mettre l’adversaire sur une fausse piste de jambes pour marquer. « Nzele » et « Kangé » [les pieds fermés ou ouverts]. Chaque équipe doit choisir son pied », nous explique-t-elle.
Le « Nzango » est aujourd’hui une discipline qui se joue dans huit pays de la sous-région de l’Afrique centrale, dont la RDC, le Congo Brazzaville, le Cameroun, la République Centrafricaine, jusqu’au Burundi. « Nous avons comme perspective de transformer ce jeu en une discipline olympique au même titre que les autres disciplines comme le volley-ball et tant d’autres. », conclut la capitaine.

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE