Le Rassemblement: « le 19 décembre 2016 à 23h59, Kabila devra quitter le Palais de la Nation »

0
67

Dans un communiqué de presse, les opposants du Rassemblement réitèrent leur exigence de voir le Président Joseph Kabila quitter le pouvoir à l’issu de son dernier mandat, tout en se facilitant de la visite des membres du Conseil de Sécurité à Kinshasa.

« [Le Rassemblement] salue cette initiative [la visite des membres du Conseil de Sécurité à Kinshasa], qui concourt à créer les conditions favorables à la tenue, entre le Rassemblement et les signataires de l’accord de la Cité de l’UA, d’un Dialogue politique inclusif conforme à la Résolution 2277 du Conseil de Sécurité, en vue de résoudre la crise artificiellement créée par Monsieur Joseph Kabila pour tenter, en violation de la Constitution, de s’éterniser au pouvoir« , déclare ce communiqué signé par Etienne Tshisekedi, président de l’UDPS et du Conseil des sages du Rassemblement.

La plateforme qui regroupe une large partie de l’opposition congolaise qui ‘a refusé de participer au Dialogue politique de la Cité de l’Union Africaine à Kinshasa, affirme prendre note de » l’appréciation positive, que les membres du Conseil de Sécurité ont exprimée, après avoir reçu le mémorandum élaboré à leur intention«

Ainsi, le Rassemblement note trois points à savoir:

1- Le 19 décembre 2016 à 23h59 Monsieur Joseph Kabila achèvera son second et dernier mandat en tant que Président de la République Démocratique du Congo. Il devra quitter le Palais de la Nation en ce moment là;

2- A cette même date, toutes les autres institutions de la République à mandat électif n’auront plus ni légalité ni légitimité

3- En conséquence et pour pallier cette situation inédite, et par rapport à laquelle la Constitution est muette, un régime spécial devra être convenu entre les parties congolaises, au cours d’un Dialogue réellement inclusif de manière à cheminer vers l’organisation d’élections conformes aux standards internationaux

4- Afin de créer un climat propice à la tenue d’un tel Forum, Monsieur Kabila et son gouvernement ont la responsabilité de prendre des mesures de décrispation.
Par ailleurs, les opposants congolais rappellent qu’ils n’attendent « en aucun cas adhérer à l’accord de la cité de l’Union Africaine daté de 18 octobre 2016« , tout en « appuyant » la médiation engagée par la CENCO en vue d’un compromis politique global.

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE