La fibre optique en RDC : Où en sommes-nous?

0
58

Qui en veut au Directeur général de la Société congolaise des Postes et Télécommunications (SCPT) ? A l’issue de l’assemblée générale organisée, lundi 31 octobre 2016, les agents et cadres de cette entreprise du portefeuille de l’Etat menacent d’observer un arrêt de travail si jamais les pressions et autres coups bats se poursuivent sur celui qu’ils qualifient de «Moïse) – en référence de Moïse de la bible – le DG Didier Musete.

Alors qu’aujourd’hui, la SCPT est en train de réaliser un progrès considérable dans le secteur des Télécommunications grâce à la fibre optique, certaines mains noires s’affairent à tirer les ficelles dans l’ombre dans le seul but de saboter cet élan de la renaissance amorcé grâce à la bravoure de ce nouveau management.

Dans un mémorandum adressé au chef de l’Etat, dont copie nous est parvenue hier, l’Intersyndical de la SCPT accuse.

«Contrairement à votre noble vision sur les Télécommunications, précisée lors de votre intervention-au Congrès en date du 14 décembre 2015, qui consiste à renforcer les capacités de l’Exploitant public des Télécommunication, nous venons d’apprendre que la Commission des Lois du gouvernement qui, du reste est démissionnaire, vient de proposer la levée de l’exclusivité accordée à l’exploitant public », peut-on lire dans ce mémo signé par les délégués de cinq syndicats membres de l’Intersyndical de la SCPT.

Pour les agents et cadres de la SPT, «ce projet de la Commission consacre la libéralisation sauvage de réseau d’accès et de ring métropolitain, désormais droit reconnu par tout opérateur privé ». Ils ont tenu à préciser qu’en RDC, tous les réseaux des communications sont détenus par des étrangers, seule la SCPT est nationale, garante en la matière de la souveraineté nationale, dans le secteur des télécommunications.

« Avec ces actes, les fossoyeurs de la République que nous décrions, partisans de la vulnérabilité du Cyberespace de la RDC en cette période où l’on parle de la guerre électronique, organisent au travers ce projet adopté, le jeudi 27 octobre 2016, à la Commission des Lois du gouvernement, l’insolvabilité de la SCPT. Cette dernière sera dons dans l’impossibilité de rembourser tous les crédits » dénoncent les syndicats.

Pourtant, ceux qui ont des yeux, le voit bien. Le bâtiment de la direction générale de la Poste a passé 15 ans sans eau ni toilettes. Aujourd’hui, grâce l’ingéniosité du nouveau DG, c’est un bâtiment complètement réhabilité et équipé, avec 6 toilettes viables. Toujours sur fonds propres, le nouveau comité de direction a réussi à réhabiliter et équiper non seulement la Grande Poste, mais aussi celles les de Gombe (CADECO), Lingwala, Kalamu, Kintambo, Bandalungwa, Lemba, Ngaliema, Limete et la poste de N’Djili qui sera inauguré le mardi 8 novembre 2016.

A l’intérieur du pays, les postes de Lubumbashi, Kindu, Bandundu et bientôt celle de Kananga ont également été réhabilitées et équipées.

L’Intersyndical s’étonne et s’interroge sur le mobile exact de ce acharnement et des pressions faites au DG Didier Musete. D’ailleurs, des travailleurs ont manifestés, le vendredi dernier devant l’Hôtel de ville pour marquer leur désapprobation à ce qu’ils considèrent comme une « haute trahison » de la part des personnes qui ont initié cette loi-rebelle ». Pour les agents et cadres de’ la SCPT, cette cabale contre leur DG n’est qu’un coup d’épée dans l’eau. La renaissance amorcée par l’équipe Musete doit se poursuivre.

Pa LP

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE