« La BIAC n’existe plus, elle a déjà été dissoute », selon les actionnaires

0
25

Alors que la Banque Centrale du Congo (BCC) dément la dissolution annoncée par les actionnaires de la Banque Internationale pour l’Afrique au Congo (BIAC), ces derniers rétorquent que la dissolution est, “conformément aux lois”, effective.

La Banque internationale pour l’Afrique au Congo (Biac), contrôlée par le groupe Elwyn Blattner, a annoncé mardi dans un communiqué sa liquidation volontaire, une décision que dément la Banque Centrale du Congo qui gère cette banque depuis sa mise sous tutelle au début de cette année. La BIAC avait été placée sous administration provisoire le 30 mai dernier, en raison d’une grave crise de liquidité dont les causes restent délicates à déterminer, entre la sous-capitalisation chronique de la banque et la décision de la Banque centrale de stopper une ligne de financement.

Dans un communiqué du jeudi 10 novembre, la Banque Centrale du Congo (BCC) a qualifié de « non fondée », cette décision de dissolution.

« La décision de dissolution a été prise par les actionnaires défaillants sans le concours de L’Administrateur Provisoire, ni de l’Autorité de Régulation et de Contrôle Bancaire qui ont à leur charge la responsabilité du redressement de la BLAC« , déclare ce communiqué de la BCC.

« Ainsi, l’Institut d’Emission rappelle que la banque concernée se trouve sous gestion d’un Administrateur Provisoire, désigné conformément aux dispositions des articles 41 à 48 de la Loi n°003/2002 du 02 février 2002 relative à L’activité et au contrôle des Etablissements de Crédit, pour préparer le processus de résolution de la crise, visant à la fois la protection de l’épargne du public ainsi que la préservation de la solidité et de la stabilité du secteur financier congolais« , explique la Banque centrale.

cw643dvwiaisn9f

Et de conclure: « La Banque Centrale du Congo invite Les déposants disposant des avoirs à la BLAC à la sérénité et au calme, en attendant l’aboutissement imminent du processus de résolution de crise sévissant au sein de cette banque, qui devra se solder impérativement par la sauvegarde de L’épargne du public.« 

« La BIAC est déjà dissoute« , rétorque Dr. Kadima Nzuji, le Porte-parole des actionnaires de la BIAC. Pour lui, la BCC n’a « aucun droit de s’opposer à cette liquidation décidée légalement par des actionnaires« .

« J’ai effectivement pris connaissance du communiqué de presse de la Banque centrale, ce qui me frappe, la Banque centrale parle de l’Administrateur provisoire, alors qu’à la lecture des articles 41 et 48 qu’elle cite, en aucun cas il est donné à l’Administrateur provisoire le pouvoir des actionnaires. L’Administrateur a le pouvoir sur tout ce qui concerne les questions de gestion, mais les actionnaires restent propriétaires. De ce fait, les actionnaires  ont le droit, et c’est l’Ohada [l’organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires] qui leur confère cela, de procéder à la dissolution de la société« , explique Dr. Kadima Nzuji, joint au téléphone par Politico.cd

Par ailleurs, il affirme que la dissolution de la BIAC est, à ce jour, effective. Les actionnaires n’attendent plus que la liquidation.

« Les actionnaires ont déjà procédé à la dissolution par l’Assemblée générale extraordinaire du 04 novembre, dès lors, je ne vois pas comment l’Administrateur provisoire pourrait empêcher la dissolution« , déclaré Dr. Kadima.

 

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE