Forum des As : «Élections. Face au rassemblement, Kabila mobilise ses troupes»

0
93

Revue de presse kinoise de lundi 10 octobre.

La politique domine l’actualité des journaux parus lundi 10 octobre à Kinshasa.

Forum des As revient sur la rencontre de la Majorité présidentielle tenue dimanche 9 septembre à Kingakati, dans la banlieue est de la capitale congolaise. Le quotidien titre à la une : « Élections. Face au rassemblement, Kabila mobilise ses troupes ».

«Pas de langue de bois. L’autorité morale a demandé aux siens de se préparer aux élections. Car gagner les scrutins demain se prépare aujourd’hui », écrit le journal qui cite le secrétaire général de la MP, Aubin Minaku.

Ce rappel des troupes fait suite à la menace (des contestations et revendications) du Rassemblement, un regroupement d’opposants politique dirigé par Etienne Tshisekedi. En clair, indique Forum des As, le président a instruit les membres de la MP de s’organiser sur tous les plans, notamment stratégique, politique, matériel, financier et communicationnel.

Le chef de l’Etat a même décidé illico presto, de la mise en place d’une cellule de coordination électorale de la MP.

Cette structure, rapporte L’Avenir, aura pour objectif d’aider les partis politiques de la Majorité présidentielle à disposer d’un schéma clair, de moyens suffisants pour gagner les élections à venir. Une information à lire à la manchette du quotidien qui titre : « La MP crée une cellule de coordination électorale ».

Pour le tabloïd, la MP veut s’organiser à temps et avec méthode pour prétendre gagner les élections, étant donné qu’en République démocratique du Congo, «ce n’est pas 30 millions, 1 million ou 5 millions d’électeurs, mais c’est près de 45 millions d’électeurs». «En Afrique, dit-il, ce n’est pas évident de trouver un autre électorat de cet ordre, même en Europe. C’est donc près de 45 millions d’électeurs sur une étendue de 2.345.000 km2 pour la RDC. C’est une grosse machine électorale qui organise les élections », affirme Aubin Minaku, cité par le journal.

Au sujet du dialogue, L’Avenir fait constater qu’il s’étend en longueur, pendant que le projet d’accord a été distribué aux participants pour amendement. Aubin Minaku Ndjalandjoko a précisé que la Majoritéva contribuer efficacement, afin que le dialogue prenne fin le plus tôt possible, c’est-à-dire la semaine prochaine, écrit le tabloïd.

«Là où il y a eu des malentendus, nous allons vite lever des options pour que tout celui qui est de bonne foi puisse signer l’accord. C’est vrai qu’il y a eu quelques points de divergences entre nous et l’opposition et ils seront levés. Dès aujourd’hui, au plus tard mardi, nous pouvons dire que le dialogue va atterrir dans ce grand pays», insiste Aubin Minaku.

Le Potentiel de son côté propose «un plan de sortie de crise en RDC» dans son titre : « Kabila-Tshisekedi. Des concessions réciproques ». Le respect de la constitution, un dialogue inclusif, le calendrier électoral des scrutins et de la gestion du pays pendant «une période de transition technique». Autant de sujets à la base de l’impasse politique actuelle en RDC.

Pour sortir le pays de cette crise, Le Potentiel indique que la communauté internationale attend du président Joseph Kabila et d’Etienne Tshisekedi du Rassemblement des concessions lors du sommet de Luanda prévu le 27 octobre.

Citant des sources diplomatiques africaines à Kinshasa, le journal suppute qu’il sera demandé au président Kabila d’accepter le principe d’un nouveau dialogue dans un format plus réduit et dans un temps relativement court.

Ces nouvelles négociations sont voulues directes entre le groupe de la Cité de l’Union africaine et celui de Limete. Elles vont aider à aplanir les points de divergence déjà identifiés par le groupe d’accompagnement de la facilitation actuelle, écrit le journal.

Comme deuxième concession, croit savoir le même quotidien, le président Kabila devra poser des actes d’apaisement, notamment garantir le respect de la Constitution dans ses dispositions verrouillées contenues dans l’article 220. Enfin, il devra consentir à ne pas jouer un rôle central pendant la période de transition qui devra être relativement courte et techniquement justifiée par des contraintes logistiques réelles liées au processus électoral.

Selon les mêmes sources, cette transition ne devra pas dépasser 18 mois pour être politiquement et diplomatiquement soutenable, sans heurter la susceptibilité du peuple congolais, ajoute Le Potentiel.

Au Rassemblement, il sera « imposé par consensus » d’accepter que le président Kabila reste au pouvoir pendant cette « période spéciale » suivant le principe de la continuité de l’Etat, mais que le gouvernement aura tous les pouvoirs pour gérer la République, en collaboration étroite avec le chef de l’Etat, écrit le tabloïd.

La deuxième concession qui sera faite au Rassemblement, à en croire le journal, est de ne pas remettre à plat tout ce qui s’est fait à la Cité de l’UA et d’accepter la médiation qui sera décidée par l’Union africaine. La source confirme que ce sera « absolument » un membre de cette organisation sous-régionale qui aura la charge de la conduire. Et le nom du président Denis Sassou est régulièrement cité pour remplir cette tâche. L’Angolais Dos Santos n’y verrait pas d’inconvénient, précise la source diplomatique africaine.

Dans un autre chapitre, Le Phare annonce que « Le secrétaire général adjoint de l’UDPS est aux arrêts ».Il devait prendre son avion dimanche 9 octobre à l’aéroport International de N’Djili pour Bruxelles, en Belgique. Il a été empêché de voyager par des agents des services spéciaux, mis aux arrêts et conduit vers une destination inconnue, selon le journal qui ignore le mobile de cette arrestation.

Tout ce que l’on sait est que l’intéressé, qui avait subi une intervention chirurgicale aux yeux il y a plus d’un mois en Belgique, devait y retourner pour un contrôle médical, écrit le quotidien.

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE