Equateur : trois nouvelles démissions au gouvernement provincial

0
73
Une vue du centre ville de Mbandaka dans la province de l'Equateur (RDC) .

Trois ministres du gouvernement provincial de l’Equateur ont démissionné ce lundi 10 octobre, faisant passer à sept, le nombre des ministres démissionnaires. Seuls quatre ministres provinciaux sont restés fidèles au gouverneur de la province.

Les ministres de la Communication et porte-parole du gouvernement Régine Boku, du Budget Benjamin Lokondo et de la justice Serge Entombodji accusent le gouverneur de la mauvaise gouvernance, confiscation des attributions et de manque de collaboration.

«Moi je suis ministre du budget, mais je ne sais même pas les recettes de la DGRP, encore moins les dépenses. Le circuit de dépense n’est pas respecté et les fonds de la province sont dépensés comme si c’était l’argent de la poche d’une personne, entre le gouverneur et le ministre des finances. Ce qui est intolérable », dénonce Benjamin Lokondo, ministre du budget.

Il rapporte que les ministres démissionnaires ont déposé  les copies de leurs démissions à l’assemblée provinciale, au parquet général et à l’ANR. Car, fait-il remarquer, le secrétariat et le cabinet du gouverneur étaient tous fermés.

Le gouvernement ne tombera pas

Le gouverneur incriminé, Tony Bolamba indique qu’il reste imperturbable et va poursuivre sa politique basée sur la rigueur pour la bonne marche de la province de l’équateur.

«Les ministres ont démissionné, le gouvernement ne tombera pas et je continuerai avec la rigueur que j’ai imposé à l’Equateur pour qu’elle puisse prendre son envol. Je suis quelqu’un de très connu ici et de très regardant dans les textes de la République. Nous aménagerons un gouvernement où il y aura beaucoup plus de compétents et des gens consciencieux et Républicains. Il y a certains départs qu’on ne regrette pas », ironise Tony Bolamba.

En trois mois, sept ministres sur les onze qui composent le gouvernement ont démissionné pour des raisons presque identiques : mauvaise gouvernance, confiscation des attributions et manque de collaboration.

La population de Mbandaka attend la réaction de l’assemblée provinciale sur le sort de ce gouvernement qui ne compte plus que quatre ministres.

RO

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE