Enjeux autour du 19 décembre : la RDC dans le viseur des USA !

0
60

La situation politique qui prévaut en République Démocratique du Congo attire toute l’attention du pays de l’Uncle Sam et de la communauté internationale. Tenez, hier, mardi 29 novembre 2016, les contours de la crise politico-électorale en gestation au Congo-Kinshasa ont été passés au scalpel en audition au sein de la commission ‘’Tom Santos des droits de l’homme ‘’ du Congrès à Washington. Tom Perriello, l’envoyé spécial américain pour la région des Grands Lacs, Tom Malinowski, Secrétaire d’État adjoint américain pour la Démocratie et les Droits de l’homme, la chercheuse Senior de Human Rights Watch, Ida Sawyer et, Fred Bauma de Lucha ont été les grands intervenants. Une forte délégation du pouvoir de Kinshasa était présente. Elle était constituée, entre autres, de Kikaya Bin Karubi, She Okitundu, l’Ambassadeur de la RDC aux Usa.

Pour Tom Malinowski, il faut que le Congrès puisse tirer les leçons de ce qui s’est passé au Burundi. ‘’Quand une ligne est franchie, on ne peut pas revenir en arrière sans des centaines de morts, des personnes torturées et disparues. Cela peut arriver en RDC, à une plus grande échelle mais je suis confiant qu’ils n’ont pas encore franchi cette ligne. La porte est encore ouverte pour le Président Kabila et l’Opposition pour s’entendre », a-t-il, en substance, assuré. Devant le Congrès, Tom Perriello, pour sa part, a eu à demander des sanctions individuelles contre les ténors du régime de Kinshasa car si rien n’est fait, le pire serait à craindre. Toutefois, il a demandé un soutien du Congrès à l’endroit de la médiation de la CENCO pour la résolution pacifique de l’impasse politique en RDC. Nonobstant, Il a épinglé le fait que la situation est « tendue » sur le terrain en République Démocratique du Congo. Agir en sanctionnant serait donc, à ses yeux, le meilleur moyen pour prévenir des violations graves de droits de l’homme au cas où les mésententes perduraient jusqu’au 19 décembre 2016 et au-delà. ‘’C’est le seul moyen pouvant inciter le Gouvernement à respecter les droits de l’homme et éviter la crise qui se profile au 19 décembre’’, a-t-il clamé. Sur cette lancée, Ida Sawyer a plaidé pour ‘’plus de pressions avant le 19 décembre ‘’. La chercheuse de Human Rights Watch a aussi brossé un tableau peu reluisant sur la situation des droits de l’homme RDC. «Trouver une solution avant le 19 décembre va être difficile, mais il faut plus de pression sur le président Kabila en lui demandant de s’exprimer clairement qu’il ne briguera pas un troisième mandat», dixit Ida Sawyer. Fred Bauma, un des leaders de l’organisation Lutte pour le changement a préconisé que le rôle de la Monusco ne soit pas limité à son partenariat avec le Gouvernement. Le Président Kabila, à l’en croire, pourrait encore être un héros, s’il se retirait lui-même. Jusqu’à la clôture, Kikaya Bin Karubi et autres qui sont venus dans la délégation du pouvoir n’ont pas eu à prendre la parole.

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE