Dialogue : L’accord politique attendu ce dimanche

0
54

Selon un poids lourd de la MP, une réunion des deux groupes est prévue ce matin.

La signature d’un Accord politique en RD Congo n’est plus que question d’heures. Une source qualifiée contactée par Forum des As tard dans la nuit d’hier jeudi, a renseigné que ce compromis tant attendu pourrait être signé ce dimanche 16 octobre. Une rencontre des deux groupes est prévue ce vendredi, a déclaré au quotidien de la 11ème rue Limete, un poids lourd de la Majorité présidentielle et du PPRD ayant requis l’anonymat.

Il y a un temps pour tout. Un temps pour discuter. Mais aussi, un temps pour aplanir les divergences en vue d’un consensus. Sauf manœuvre de dernière minute due à des postures politiciennes, le Dialogue politique national en RD Congo pourrait, finalement, atterrir ce dimanche. Après des semaines de désaccord, la signature du très attendu compromis politique pourrait intervenir ce dimanche.

Selon des sources croisées contactées hier, les points de divergences majeures entre l’Opposition et la Majorité présidentielle auraient trouvé d’issues concertées. En l’occurrence, la Primature, très disputée par les deux principaux protagonistes de la crise, à savoir la MP et l’Opposition. Ainsi, au nom de la paix sociale que tous les acteurs internes et externes appellent de tous leurs vœux, il nous est revenu d’apprendre que la MP a finalement accepté de remettre les clés de la Primature à l’Opposition. Cependant, la cérémonie de passation de fanions devra avoir lieu après la date du 20 décembre prochain, marquant la fin constitutionnelle du mandat actuel du Président de la République, Joseph Kabila. Par ricochet, la MP quant à elle, conservera le très convoité fauteuil présidentiel pendant la période de transition dont les échéances seront précisées dans l’Accord politique attendu ce dimanche.

La porte est toujours ouverte

Qu’un Accord politique soit signé ce dimanche pour boucler la boucle des assises de la cité de l’Union africaine, cela n’exclurait pas du tout la poursuite des pourparlers entre Congolais. Il s’agira, cette fois-là, d’une rencontre beaucoup plus élargie et qui devra connaitre la participation de nouveaux acteurs politiques. En l’occurrence les sociétaires du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement qui n’ont pas participé au Dialogue de la cité de l’ex-OUA. Ceci revient à dire, si besoin en est, que le Compromis politique issu du Forum de la cité de l’Union africaine devra servir de “matrice ” à la poursuite du dialogue en vue d’un large consensus.
A partir de ce point de vue, certains observateurs estiment que la plateforme de l’Opposition post Genval n’aurait plus raison de tergiverser. Bien au contraire, elle devra plutôt saisir cette occasion pour apporter sa contribution au processus de paix. Au besoin, enrichir le compromis politique issu du Forum de la cité de l’Union africaine, sans trop chercher à tout remettre en cause. A un peu plus de deux mois seulement de la fin du mandat actuel du Rais, en tout cas nul sage ne conseillerait au Rassemblement d’aller sur cette lancée. Car, cela aurait pour conséquence d’exacerber la crise. Ce qui ne serait pas une bonne chose, dans la mesure où les victimes du pourrissement ne sont pas forcément qui on croit.

A tout le moins, le verre des assises de la cité de l’Union africaine n’est ni vide ni trop plein. Il a donc l’avantage de servir de base de données dans la perspective d’une poursuite des pourparlers entre Congolais. Au stade actuel des choses, on ne devrait plus parler d’un Dialogue avec un médiateur international. Tout le drame congolais se trouve donc dans cette extraversion presque généralisée. Cette mauvaise conviction que la solution aux problèmes congolais devra provenir de l’étranger, comme si l’extérieur avait la parfaite maîtrise des intrigues de la crise politique actuelle, plus que les Congolais eux-mêmes.

Si le vrai problème est le calendrier électoral en ce qu’il ne précise pas les différentes dates de la tenue des élections, faudrait-il formellement recourir à un Médiateur étranger pour préciser des échéances calendaires ? Si le problème se pose également en termes de gestion du pays après le 20 décembre, les Congolais sont-ils vraiment incapables de s’asseoir autour d’une même table et se parler en toute indépendance d’esprit ? Demain samedi, c’est déjà la fin de la première quinzaine du mois d’octobre. Faire tabula rasa des travaux de la Cité de l’Union africaine au profit d’un nouveau Dialogue, avec un nouveau Facilitateur, suppose que celui-ci devra se donner le temps de bien cerner les contours du problème. Rien que pour les contacts préliminaires, il ne devra donc pas avoir moins d’un mois. Et, l’on sera sans doute en novembre. Entre-temps, le temps n’arrêtera pas son vol. On devrait impérativement y penser.


Forum des As

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE