Deux cent trente nouveaux médecins prêtent serment

0
38

Ces médecins sont désormais membres du CNOM, cette structure instituée par la loi veille à la bonne pratique médicale et au respect des règles d’éthique et de déontologie qui régissent cette profession, et sont reconnus comme tels sur toute l’étendue du territoire national où ils sont autorisés à prester.

Le Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) a reçu, le 15 octobre, au chapiteau de la Foire internationale de Kinshasa, le serment de deux cent trente nouveaux médecins. Les impétrants sont issus des institutions universitaires du pays et de l’étranger. Il s’agit de l’Université de Kinshasa, de l’Université Simon-Kimbangu, de l’Université protestante au Congo, de l’Université de Bukavu, de l’Université de Mbuji-Mayi, de l’Université de l’Ukraine et de l’Université du Caire, en Égypte.

Avant d’accueillir le serment des nouveaux médecins, le président du Conseil urbain de l’Ordre des médecins, le Dr Elvis Bula, a circonscrit cet évènement, notant que la prestation de serment était une cérémonie nécessaire et obligatoire pour toute personne qui a suivi avec succès la formation en médecine, avant de commencer à prester comme médecin. « Cette journée a une signification particulière car les médecins vont faire leur entrée dans la vie professionnelle, dans la classe de nobles et poser des actes liés à leur profession », a-t-il dit.

Le président du Conseil urbain de l’Ordre des médecins, qui a également avisé les impétrants que cette profession était un apostolat, celui de consacrer sa vie pour ses malades, avait aussi noté que la cérémonie de prestation de serment était celle au cours de laquelle les nouveaux médecins allaient s’engager solennellement à respecter scrupuleusement le serment d’Hippocrate, qui est un énoncé des règles de déontologie médicale.

Le Dr Elvis Bula a aussi rappelé aux nouveaux médecins que l’université leur a octroyé les diplômes par mérite mais, selon lui, les vrais diplômes leur seront donnés par la population, chacun selon la qualité des soins et des prestations suivant les recommandations de l’OMS sur le terrain. « Défendez ces diplômes et montrez que vous les avez réellement mérités », a-t-il conseillé, avant d’appeler les impétrants à éviter la grossièreté et à se référer, chaque fois qu’il y a besoin, aux confrères qui ont des compétences dans les domaines en présence.

Respect des règles d’éthiques et de déontologie

Pour prêter serment, tous les nouveaux médecins ont levé la main droite et ont répété le serment constitué des engagements et des attentes qui tracent, en fait, la ligne à suivre dans l’exercice de leur profession.

Le président en exercice du CNOM, le Dr Berthier Nsadi, a circonscrit son message sur le respect des textes qui régissent la profession médicale en RDC. Il a insisté sur la référence et le respect de la loi ainsi que de ces textes qui régissent la profession médicale dans le pays. « On est obligé, à chaque moment, de regarder la loi », a-t-il dit.

Le Dr Berthier Nsadi a noté avec insistance que l’Ordre des médecins, qui a institué par la loi, veille à la bonne pratique médicale et au respect des règles d’éthique et de déontologie. Décortiquant un à un certains articles de la loi dont la copie a été donnée à chacun des impétrants, le président en exercice du CNOM leur a rappelé que la pratique médicale était un métier libéral mais les médecins n’étaient pas libres dans l’exercice de cette profession. « Nous sommes régis par la loi », a-t-il insisté, soulignant la collaboration et le respect mutuel qui devront régner entre les membres de cette corporation.

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE