Des agences d’envoi de colis sous scellées à Lubumbashi

0
81

Une vingtaine d’agences d’envoi de colis de moins de deux kilos se sont vues scellées par le parquet de Lubumbashi. Une décision découlant  de la plainte de la direction provinciale de la Société congolaise des postes et télécommunications (SCPT) qui évoque une décision gouvernementale de 2015.

Le directeur provincial  de la SCPT, Pierrot Tshikumba, affirme qu’un arrêté ministériel de novembre 2015 accorde pourtant le monopole de l’envoi des courriers à son entreprise alors que la ville de Lubumbashi, on compte plus de 300 agences d’envoi de colis..

Pendant plusieurs années, la poste ne proposait plus de services d’envoi de colis.

Des opérateurs privés ont occupé le marché, proposant ce service dans plusieurs villes du pays. Depuis plusieurs mois, la SCPT a repris la majeure partie de ses activités, assurant à nouveau l’envoi des colis.

Les responsables provinciaux de la SCPT affirment avoir sensibilisé les opérateurs privés du secteur sur le monopole de l’envoi des courriers que leur entreprise détient. Face au refus des privés de suspendre cette activité, la SCPT aurait décidé de saisir la justice.

Contactés par Radio Okapi, certains propriétaires des agences scellées affirment s’être lancés dans cette activité suite à l’arrêt des activités de la poste.

Certains investisseurs du secteur disent être prêts à « collaborer » avec la poste.

« A un moment donné, la poste avait arrêté ses activités », note un responsable d’une agence d’envoi de colis, ajoutant :

« Nous pouvons laisser le monopole. Il n’y a pas de problème. Il est question qu’on puisse travailler en collaboration. »

Le scellage des agences d’envoi de colis de moins de 2 kilos devrait s’étendre dans d’autres villes du Haut-Katanga ainsi que dans les autres provinces issues du démembrement du Katanga.

Avec RO

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE