A qui la Primature au sein du gouvernement de transition?

0
99

Des vois s’élèvent déjà tant en RDC qu’à l’étranger pour dire « non » à ce gouvernement qui est loin d’être celui de la cohésion nationale !

Conformément à l’esprit et à l’accord conclu le 18 octobre dernier par les participants au dialogue conduit par Edem Kodjo à la Cité de l’Union africaine à Kinshasa, un gouvernement dit de cohésion nationale doit être mis en place dans les 21 jours qui suivent la clôture du forum.

Un petit calcul sur le délai imparti pour mettre en place ce gouvernement indique qu’il reste exactement 6 jours avant l’expiration de ce délai, le mardi 8 courant !

Du côté de l’équipe de l’exécutif central encore aux affaires sous le commandement (partagé) du Premier ministre Augustin Matata Ponyo, on avait déjà commencé à préparer des documents ayant trait à la remise et reprise dans les ministères mais du côté de la présidence de la République , qui co-gère jusque-là l’Etat avec le Premier ministre sortant, le mystère reste entier alors que l’expiration du délai butoir est imminente.

Qui donc prendra la tête de cette nouvelle équipe gouvernementale en gestation qui divise déjà si profondément les Congolais ?

Le rôle d’un épouvantail !

Ainsi que nous l’avions annoncé à travers un commentaire approprié dans une de nos éditions de la semaine passée, une grave querelle de palais sur la question met depuis aux prises quelques jours les « opposants » ayant pris part au dialogue MP-Kodjo en octobre dernier. Sur qui d’entre eux Joseph Kabila jettera finalement son dévolu après consensus (sic !) et conduire ce gouvernement qui porte les germes de la conflictualité ?

A l’allure où les choses vont très mal, il est improbable qu’un consensus global se dégage autour d’une personnalité de l’opposition qui est en même temps du goût de la Majorité présidentielle mais aussi et surtout répondant le mieux aux objectifs absolument après les échéances politiques contenues dans les agendas confidentiels post-dialogue !

Comme les fiévreux préparatifs l’indiquent déjà le gouvernement issu du dialogue de la Cité de l’Union africaine aura lieu dans le délai imparti par l’accord subséquent mais l’avenir incertain de celui-ci pousse beaucoup au pessimisme !

En effet, des voix s’élèvent déjà tant en République démocratique du Congo que dans plusieurs Etats qui coopèrent avec ce pays pour dire « non » à ce nouveau gouvernement en gestion qui sera très loin d’être celui de la cohésion nationale contrairement aux prétentions débordantes de ses artisans.

Parti sans l’adhésion psychologique de masses populaires qui se reconnaissent à travers le Rassemblement de forces politiques et sociales acquises au changement ledit gouvernement de cohésion nationale se résignera à jouer sans effets palpables le rôle d’un simple épouvantail ou alors celui d’une poupée non désirée des enfants qui vont vite décider de la ranger dans un coin non éclairé de la maison familiale, pour forcer les parents à leur trouver une nouvelle qui puisse correspondre à leurs désirs !

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE