Procès des présumés auteurs du massacre de Mutarule : débats clos

0
41

La cour militaire du Sud-Kivu, siégeant en foraine à Uvira depuis le 12 août dernier, a clôturé vendredi 2 septembre les débats dans le procès des présumés auteurs du massacre de Mutarule.

Ce massacre avait été perpétré en juin 2014 par des hommes munis d’armes de guerre et d’armes blanches. Il avait fait environ quarante morts.

Sur les sept personnes qui sont poursuivies dans le cadre de ce procès, trois seulement comparaissent.

Au cours de l’audience de vendredi, la défense a plaidé pour l’acquittement du prévenu Sheria Kahungu pour manque de preuves tangibles.

Le ministère public avait accusé ce greffier de la chefferie de la plaine de la Ruzizi d’être responsable du massacre survenu à Mutarule la nuit du 6 juin 2014.

La peine de mort ainsi que des dommages et intérêts ont été proposés à son encontre ainsi qu’au prévenu Enyabombi.

De son côté, l’avocat de la République a pris la défense de l’Etat congolais qui, selon lui, a fait correctement son travail pour protéger les victimes du massacre.

En plus des moyens donnés à l’armée, un soldat des FARDC avait été tué par les assaillants pendant les combats et sa maison incendiée, a-t-il fait savoir.

L’arrêt de la cour militaire sur ce dossier est très attendu par la population locale.

Le premier président de la cour, colonel magistrat Muka Mbombo, a clôturé l’audience en invitant la population à tirer des leçons de ce massacre.

Les sept personnes jugées sont poursuivies pour incitation des militaires à commettre des actes contraires à la loi et à la discipline, crime de guerre par meurtre, pillage, viol, atteinte à l’intégrité corporelle, attaque contre des civils et contre des biens protégés ainsi que destruction des biens.

RO

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE