L’ONU dénonce le viol de 19 femmes en septembre 2016

0
47

Le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme (BCNUDH) dénonce le fait que 19 femmes ont été victimes de violences sexuelles liées au conflit. Une information révélée par la note du BCNUDH sur les principales tendances des violations des droits de l’homme au cours du mois de septembre 2016.

Selon la source, ce chiffre est en hausse par rapport au mois précédent, où il a été compté 13 victimes.  Parmi ces personnes du mois de septembre, 6 femmes, précise le BCNUDH, ont été violées par des agents étatiques et 13 par des combattants des différents groupes armés.

Ainsi, les auteurs ayant commis le plus grand nombre de victimes de viol sur femmes adultes dans les zones en conflit, restent les combattants de l’Alliance des Patriotes pour un Congo Libre et Souverain (APCLS).

 Des mineures violées

Par ailleurs dans la province de l’Ituri la MONUSCO renseigne que, dans la nuit du 18 au 19 octobre 2016, une fille de 16 ans a été violée, après que sa mère fut battue, par des éléments supposés appartenir aux combattants de Force de Résistance Patriotique de l’Ituri (FRPI). L’événement s’est produit au cours d’une attaque lancée contre la localité de Tchekele, située à 8 kilomètres de l’Ouest de Gety.

Tandis que le 19 octobre 2016, une autre mineure âgée de 17 ans est tombée dans les filets de ces combattants de la  FRPI. Ces derniers ont fait incursion dans la localité de Matafu, située à 13 kilomètres au Sud-ouest d’Aveba, violé la fille, pillé une boutique et du bétail, pour ensuite dévaliser 11 maisons.

Ces conflits favorisent ainsi le déplacement des plusieurs personnes pour se mettre à l’abri du danger. C’est ce qui ressort du Bureau de la Coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) qui signale que les affrontements et les attaques armées causent 95% des déplacements et les conflits intercommunautaires 5%.

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE