Les élections seront bel et bien organisées en RDC, selon Raymond Tshibanda

0
113
Raymond Tshibanda, ministre des Affaires étrangères et Coopération Internationale

Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Raymond Tshibanda, a réaffirmé, dimanche 25 septembre, à la tribune des Nations Unies, qu’en dépit du retard enregistré dans leur préparation,  les élections générales initialement prévues pour la fin de cette année seront bel et bien organisées, aussitôt que les conditions techniques le permettront.

Plusieurs défis, selon lui, doivent en effet être préalablement relevés pour permettre l’organisation des élections libres, transparentes, crédibles et apaisées, par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) qui, constitutionnellement en détient la compétence exclusive.

C’est pour parvenir, ensemble et de manière consensuelle, à relever ces défis que des représentants de la Majorité présidentielle, de l’Opposition politique et de la société civile sont réunis, depuis un peu plus de deux semaines, dans le cadre du dialogue politique national inclusif, sous une facilitation de l’Union africaine, appuyée par un groupe de soutien international.

Raymond Tshibanda a fait savoir que le droit d’élire et d’être élu est un droit fondamental tant pour les Congolais résidant au pays que pour ceux de la diaspora, indiquant que le défi majeur que pose l’exercice de ce droit est celui de l’inclusivité du fichier électoral.

A ce sujet, il a salué l’important travail d’enrôlement des électeurs qui a débuté le 31 juillet 2016 et qui donne la possibilité d’être éligible et électeur à plus de quatorze millions de Congolais, soit le tiers du corps électoral projeté, qui n’aurait, autrement, pu jouir de ce droit, notamment les nouveaux majeurs et  les compatriotes vivant hors du territoire national.

Le ministre des Affaires étrangères a souligné, en outre, que le dialogue politique national en cours en RDC est un  processus de résolution pacifique des divergences entre Congolais, en vue des élections apaisées et de la consolidation de la démocratie.

Il devrait bénéficier du soutien de tous, exhortant  ceux  des acteurs politiques qui n’y participent pas encore, de  rejoindre les autres à la table des négociations.  Pour Raymond Tshibanda, tout recours à la violence devrait être condamné et les auteurs sanctionnés ainsi que   toute incitation à l’insurrection.

Il a aussi plaidé pour la réduction progressive des effectifs de la Mission de l’ONU pour la  stabilisation en RDC (MONUSCO), relevant que les forces nationales de défense et de sécurité s’acquittent, avec de plus en plus de compétence et d’efficacité, de leurs missions de protection du territoire national et de sécurisation des populations et de leurs biens.


AVEC ACP

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE