Les chefs de confessions religieuses soutiennent le dialogue comme mode de résolution pacifique des différends

0
33
Mgr Marini Bodho, représentant légal de l’Eglise du Christ au Congo (ECC)

Les Chefs de confessions religieuses de la RDC non membres de la CENCO, ont toujours soutenu le dialogue comme mode de résolution pacifique des différends aux niveaux tant familial, communautaire que politique, a déclaré Mgr Marini Bodho, représentant légal de l’Eglise du Christ au Congo (ECC) et chef de la délégation de ces confessions, au cours d’une rencontre mardi 27 septembre à Kinshasa avec le facilitateur du Dialogue national inclusif, Edem Kodjo.

Mgr Marini Bodho, a indiqué à l’issue de la rencontre  que les chefs de confessions religieuses invitent les acteurs politiques et sociaux en dehors du dialogue à apporter leur contribution dans la recherche des solutions idoines aux problèmes communs de la RDC.

Il a également indiqué  que ces responsables religieux ont fait savoir au facilitateur que toute déclaration faite par une confession religieuse sur la situation politique de l’heure en RDC ne l’engage qu’elle-même.

Mgr Marini Bodho a rappelé  en outre la déclaration des confessions religieuses du 21 septembre 2016 relative aux évènements qui ont secoué le pays les 19 et 20 septembre 2016 à travers laquelle ils se sont dit profondément attristés par  des violences ayant entrainé des pertes en vie humaine et des dégâts matériels considérables.

Il a enfin mis en exergue le rôle joué par les confessions religieuses non membres de la CENCO dans les grandes rencontres nationales pour ramener la paix au pays, notamment la Conférence nationale souveraine, l’Accord de Sun City et les Concertations nationales.

Le facilitateur du dialogue a initié depuis lundi 26 une série de rencontres avec les acteurs politiques et sociaux pour un large consensus autour de l’Accord politique.  Les ambassadeurs occidentaux accrédités en RDC et une délégation de membres de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) ont déjà été consultés dans ce cadre, rappelle-t-on.

La CENCO n’a pas jeté un discrédit sur le Dialogue national, affirme l’abbé Donatien Nshole

Pour sa part, la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) n’a pas jeté un discrédit sur les travaux du Dialogue national inclusif en RDC, mais elle continue à travailler pour qu’il y ait un large consensus autour de l’Accord politique qui sortira de ce dialogue, a indiqué l’Abbé Donatien Nshole, secrétaire général adjoint de la CENCO au  cours d’un entretien lundi avec le facilitateur.

Il a indiqué que la CENCO a décidé de suspendre sa participation au dialogue en cours  pour pleurer les morts  des évènements survenus à Kinshasa en date du 19 et 20 septembre  et  pour élargir le consensus.

« Les évêques ont pris le bâton de pèlerins pour aller obtenir de gauche à droite le consensus   et voir ceux qui sont dehors, notamment le Rassemblement, et obtenir leur participation », a soutenu l’Abbé Donatien Nshole, ajoutant que le Rassemblement n’est pas contre le dialogue. Il pleure les morts et présentera son cahier des charges pour participer à cette rencontre après le conclave qu’il tiendra prochainement, a-t-il indiqué.

« Dès que le Rassemblement sera au dialogue autour d’une même table avec tous les autres partis politiques, nous y seront tous pour que l’Accord qui sera signé implique tout le monde », a fait savoir l’Abbé Donatien Nshole.


ACP

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE