La dette sociale de la MIBA évaluée à 150 millions USD

0
91

La Minière de Bakwanga (MIBA) croule sous une dette sociale estimée à plus de 150 millions de dollars américains, indique le rapport de la réunion semestrielle de cette société tenue de lundi 24 à samedi 29 octobre à Mbuji-Mayi au Kasaï-Oriental.

Durant six jours, la direction générale de la MIBA et les membres de la délégation syndicale venus de Kinshasa, Lubumbashi et Mbuji-Mayi se sont penchés sur la situation générale de leur entreprise.

Selon les participants, « les potentiels partenaires ou investisseurs réfléchissent deux fois avant de s’engager », quand on sait que la MIBA traine une dette sociale d’environ 150 millions de dollars américains.

Malgré cette dette, le directeur général par intérim de la MIBA, Dieudonné Mbayi Tshakanyi, se veut rassurant. Des discussions sont engagées avec le gouvernement congolais pour venir à bout de cette situation préoccupante, a-t-il indiqué.

En attendant, selon lui, « des efforts sont déployés au quotidien afin de préserver les signes vitaux de l’entreprise ». Très bientôt, deux camions bennes, récemment achetés, vont arriver au polygone minier, a-t-il annoncé. Dieudonné Mbayi Tshakanyi croit fermement que l’arrivée de ces deux engins va augmenter la capacité de production. Au bout de deux mois, après leur mise en œuvre, il pourra être possible de retrouver le rythme normal de la paie de travailleurs et la prise en charge de retraités, espère-t-il.

Pour y parvenir, le DG de la MIBA demande à chaque partie de jouer son rôle : aux autorités, de ne pas lésiner sur les moyens ; et aux travailleurs qui sont dans le circuit du diamant, d’éviter de brader les pierres qui leur tomberaient entre les mains.

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE