Kyungu : « Nous passons un véritable calvaire de la dictature au Katanga »

0
145

« Nous sommes en train de passer un véritable calvaire de la dictature qui s’est installée au Katanga », lance Gabriel Kyungu wa Kumwanza dans une conférence de presse au siège du G7, ce lundi 5 septembre à Kinshasa. Pour lui, la démocratie à la katangaise est assaisonnée d’arrestations arbitraires, des condamnations fantaisistes, bombes lacrymogènes et tirs à balle réelle.

Kyungu en veut pour preuve ce qui s’est passé le 29 août dernier à Lubumbashi, lors du meeting du Rassemblement, du reste autorisé par le maire de la ville. Malheureusement, cette manifestation a été brutalement dispersée, déplore-t-il, assortie d’une quarantaine d’arrestations, à en croire l’ancien président de l’Assemblée provinciale katangaise. « Même le bourgmestre adjoint de la commune de la Kenya a été arrêté, jugé, révoqué et condamné à 7 ans de prison pour avoir interdit aux policiers de brutaliser les militants », regrette-t-il.

L’orateur poursuit que ce qui se passe au Katanga, à Lubumbashi, Kolwezi, Kalemie, Kamina, c’est de l' »esclavagisme ».

L’homme dit envier Kinshasa où l’opposition jouit quand même d’un espace de liberté d’expression, alors qu’au Katanga, tous les médias sont proches du régime.

Quant au dialogue, c’est de la « mascarade », avec la complicité d’un « complicateur », dans l’objectif d’obtenir un « glissement ». Kyungu estime que ce qui se passe à la cité de l’UA c’est du « théâtre » dont la finalité est d’appliquer l’arrêt de la Cour constitutionnelle.

Il rappelle que le Rassemblement a déjà présenté sa feuille de route, quitte à la Majorité de répondre à ses exigences, avant qu’il ne siège à ces assises.

Commentaires

commentaires