Kinshasa dénonce la « sollicitude suspecte » de Jean-Marc Ayrault

0
64

Au lendemain des déclarations du ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, sur le respect de la constitution en RDC, le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, a dénoncé la « sollicitude suspecte » du chef de la diplomatie française.

Invité sur TV5, M. Ayrault a exhorté le président Joseph Kabila à respecter la constitution et à ne pas se représenter, affirmant ne pas être opposé  à d’éventuelles sanctions contre des responsables.

Lambert Mende indique que la posture du ministre français faisant croire qu’il se bat pour la constitution de la RDC rappelle les interférences qui ont créé le chaos en Libye.

«Après avoir allumé le brasier en encourageant les extrémistes, la France évacuera ses compatriotes et laissera les congolais se débrouiller», soutient le porte-parole du gouvernement congolais.

Pour Lambert Mende, la RDC a davantage besoin de consensus que «d’invectives inutiles».

Sur TV5, le chef de la diplomatie française avait déclaré la veille :

«Il faut absolument que la Constitution soit respectée, qu’une date soit fixée pour les élections, que le dialogue national ait vraiment lieu. M. Kabila n’a pas le droit de se représenter, il faut qu’il donne l’exemple. »

Au pouvoir depuis 2001, le président de la RDC, Joseph Kabila, élu en 2006 puis réélu en 2011, achève son deuxième et dernier mandat en décembre prochain.

Les opposants accusent le président Kabila de vouloir s’accrocher au pouvoir au-delà de la fin de son mandat.

Selon des estimations présentées par la commission électorale, la présidentielle ne pourra pas être organisée avant décembre 2018.

Commentaires

commentaires