Kabila ne laissera pas l’opposition prendre le pays en otage!

0
56

Le président de la République a, sans les nommer, menacé le Rassemblement et le MLC dans son discours sur l’état de nation prononcé le mardi 15 novembre devant les parlementaires réunis en Congrès.

Joseph Kabila a dit qu’il ne laissera aucune frange de l’Opposition prendre la RDC en otage. Le chef de l’État s’assigne cette mission en tant que garant du bon fonctionnement des institutions a-t-il précisé. Pour Kabila, sans le nommer une fois de plus, Rassemblement et MLC, regroupements politiques qui n’ont pas adhéré à l’Accord du 18 octobre, «ne sont pas intéressés par la quête de la paix». Ils les soupçonnent de projeter le chaos. Certains veulent prendre le pouvoir par la force ou par des voies anticonstitutionnelles et antidémocratiques a déclaré Kabila. Une allusion à peine voilée envers le Rassemblement. Kabila accuse cette frange de l’Opposition de manipuler la jeunesse, vulnérable notamment en raison du chômage qui l’affecte. Les opposants se servent de la jeunesse comme marche-pied pour arriver au pouvoir a dénoncé à mots couverts Kabila le Rassemblement et le MLC. Cependant, Kabila émet le vœu, conformément à l’article 24 de l’Accord politique, que la frange de l’Opposition qui n’a pas encore adhéré au Compromis politique, le fasse. C’est peut-être ce qui retarde la nomination du prochain premier ministre. Le président Kabila a profité de la tribune du Congrès pour vanter son Accord. «Il est perfectible mais c’est la seule feuille de route mis au point par les congolais eux-mêmes» a déclaré Joseph Kabila. C’est le fruit du droit à l’autodétermination d’après Kabila. Selon lui, les congolais savent régler leurs divergences sans ingérences étrangères. Étienne Tshisekedi, Moïse Katumbi et Eve Bazaïba apprécieront les propos présidentiels.

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE