JP Bemba saluant l’Accord, Bazaïba désormais conditionnée

0
116

Dans une interview à Jeune Afrique, Mme Eve Bazaïba semble changé de langage en disant que son parti ne peut rejeter l’Accord du 31 décembre 2016 qui, d’après elle, est le fruit de son travail.

Eve Bazaiba a aussi lancé une sévère mise en garde à la Majorité Présidentielle(MP) qui veut s’accrocher littéralement à la position du MLC pour émettre des réserves sur la mise en œuvre de l’Accord.

« Nous la dénonçons avec force. La majorité n’a pas le droit d’utiliser notre position comme alibi. La MP détient une grande responsabilité dans la mise en œuvre de cet accord parce que c’est elle qui a mis le pays dans la situation actuelle de crise à cause de ses velléités à vouloir se maintenir au pouvoir en violation de la Constitution », a dit Eve Bazaïba.

Selon certains observateurs de la scène politique congolaise, le message du chairman du MLC aurait poussé Eve Bazaïba à changer son avis dans le but d’aller signer l’Accord du centre interdiocésain.

Un message politique plein d’engagement

En effet, dans un message lancé depuis La Haye le 5 janvier et rendu public à Kinshasa, le président national du Mouvement de libération du Congo (MLC), le sénateur Jean-Pierre Bemba dit encourager toute initiative politique crédible pour permettre une «passation historique et démocratique» du pouvoir en RDC.

Jean Pierre Bemba a salué les discussions directes initiées par la CENCO entre acteurs politiques.
«Les discussions directes de la CENCO ont eu le mérite de poser les jalons d’une alternance politique pacifique dans le pays. Dans tous les forums, le MLC a toujours privilégié la recherche d’une solution dans l’intérêt du pays et de la population, mais non le positionnement des personnes», indique un communiqué du leader du MLC.

Jean-Pierre Bemba a fait savoir aux acteurs politiques que l’organisation des élections pour une alternance pacifique reste la « seule gage de stabilité et de paix ».

Il appelle les acteurs politiques congolais à vivre «ensemble» et à œuvrer pour la «réconciliation nationale», regrettant la mort des plusieurs personnes qui ont réclamé le respect de la constitution en 2016.
Igwe a plaidé pour une alternance politique pacifique en RDC après les discussions sous la médiation de la CENCO.

St/Conscient de l’avenir

«L’année 2016 aura été une année horrible au cours de laquelle plusieurs centaines de nos compatriotes auront perdu la vie et d’autres injustement détenus pour la défense d’une idée: le respect de la constitution en vue d’une alternance.

Pour le numéro 1 du MLC qui encourage les initiatives positives à même de permettre l’unité des Congolais, l’intérêt suprême de la nation devrait prévaloir sur les ambitions personnelles.

Commentaires

commentaires