Gabon : Ali Bongo répond à la France qui demande le recomptage des voix

0
77

“C’est étonnant que l’on crie à la fraude les résultats dans le Haut-Ogooué et on n’entend pas crier à la fraude pendant que nous venons de présenter un hacker dont la mission était ici d’organiser cette fraude. Je suis étonnée qu’on n’en parle pas etc”, a répondu Ali. Cette position, Bongo fils  l’a fait savoir sur les antennes de Rfi.

Sur l’arrivée de la délégation de l’Union africaine (UA) pour une médiation, Ali Bongo a fait savoir que son pays reste un pays d’hospitalité. “La tradition de l’hospitalité gabonaise, nous allons l’accueillir”, fait savoir le président

Mais, sur la position de ceux qui optent pour le recomptage des voix, Ali est clair: « Pourquoi on me demande de violer la loi»?

“On est en train de me dire qu’il faut que je viole la loi, que l’on prononce les mots clairement. On me demande de violer la loi ? C’est quand même particulier parce que souvent, on fait le reproche aux Africains de ne pas suivre les lois de leur pays. Moi, je ne dicte pas les lois. Je les fais appliquer. Et c’est le rôle de tout gouvernant. C’est au niveau de la Cour constitutionnelle que l’on compte et que l’on fait le recomptage des bureaux de vote, c’est au niveau de la Cour constitutionnelle”, martèle le président Bongo.

En attendant une éventuelle délégation de l’UA, que va-t-il se passer ? La question des recours devant la Cour constitutionnelle se pose. La date limite de dépôt, c’est de jeudi. Le camp d’Ali Bongo l’a déjà dit qu’il le fera, il présentera des recours sur des fraudes dans certains bureaux de vote.  Le camp Ping, opposition, demande toujours et avant tout le recomptage des bulletins avec une nouvelle réunion de la Commission électorale.

Afrkmag

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE