Francis Kalombo: « j’ai fondé le PPRD après avoir été bercé par Tshisekedi »

0
219

Devenu opposant après avoir passé un long moment dans le parti présidentiel, le député Francis Kalombo est actuellement “en exil” en Europe, où il s’est joint Moïse Katumbi et au Rassemblement.

Dans une interviewé par Politico.cd, le députué qui se définit comme étant l’un des membres fondateurs du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), est revenu sur plusieurs sujets en occurrence  l’annonce faite par le gouvernement qui indique qu’il sera incapable de mobiliser l’argent destiné à l’organisation des élections, de la mort d’Étienne Tshisekedi et son héritage pour l’opposition. Son parcours politique de l’UDPS au PPRD, de l’expiration de la législature de députés nationaux et naturellement de Moïse Katumbi.

Le ministre du Budget  annonce être incapable de réunir les fonds nécessaires pour l’organisation des élections fin 2017, quelle est votre réaction ?

C’est un aveu d’échec de ce gouvernement. Dans d’autres cieux, ce gouvernement devrait démissionner. Voilà pourquoi il faut qu’il laisse la place aux hommes et femmes capables de relever le défis pour mener le peuple aux élections. Voilà pourquoi je comprends que le Rassemblement insiste sur les noms de membres qui pourront animer le nouveau gouvernement. Au delà de la mauvaise volonté il y a de l’incapacité. Je pense également que le manque de moyens par ce gouvernement c’est parce que les partenaires traditionnels n’ont pas confiance en eux.

Pensez-vous que les opposants congolais  seront capables de rester unis après la mort de Tshsiekedi ?

Le fait que Tshisekedi soit mort, nous ne pouvons que le regretter. Mais nous pensons que l’opposition a l’obligation de rester unie et c’est ce qui va arriver. De manière à pouvoir peser sur le pouvoir. Je suis sûr que l’opposition sait qu’elle a perdu un grand et les opposants doivent se battre pour devenir la majorité au pouvoir dans le futur et ainsi sortir le pays de la crise dans laquelle il se trouve aujourd’hui.

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE