Des policiers assiègent le lieu du meeting du Rassemblement

0
143

Des gros camions de la police, des blindés à eau chaude et des policiers en grand nombre sont positionnés dans l’espace compris entre l’avenue de l’Enseignement et le Boulevard Triomphal, en face du stade des Martyrs. Et c’est devant l’école Georges Simenon que les policiers ont érigé leur quartier général.

L’endroit où l’opposition érige, la plupart du temps, son podium pour ce genre de meeting. Difficile pour les organisateurs de s’approcher du lieu. Tous les passages sont filtrés. Déjà la nuit, les unités de la police avait été déjà déployées et la zone était déjà quadrillée. Le porte-parole de la police, le colonel Rombaut Mwana Mputu avait prévenu que les manifestations politiques étant interdites dans la capitale, la police ne pouvait permettre aucun rassemblement. La preuve est là.

La police a devancé le Rassemblement en prenant possession du lieu de la manifestation. Sur les grandes artères de la capitale, la police patrouille. De grands carrefours sont aussi «sécurisés» par la police. Il s’agit de prévenir tout débordement ou actes de pillage comme c’était le cas le 19 et 20 septembre dernier, a rappelé l’un des responsables de l’administration provinciale. Pour les membres de la Société civile notamment l’Asadho, il s’agit d’une violation de la constitution. Et ce n’est pas la communauté internationale qui les contredira.

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE