Conclave du Rassemblement: «Une séance de radicalisation», selon la majorité

0
65
Atundu Liongo , porte parole de la Majorité présidentielle

Mardi 4 octobre s’est tenu le conclave de la coalition de l’opposition «Rassemblement des forces acquises au changement». La réaction de la majorité ne s’est pas faite attendre…  Cette rencontre était «une séance de radicalisation et d’endoctrinement» a déclaré le porte parole de la majorité présidentielle, Mr André Atundu

«Cette rencontre n’a rien produit de neuf que l’on ait déjà entendu ou évoqué. En réalité, c’était une séance de radicalisation et d’endoctrinement des adeptes et alliés de Tshisekedi en vue de réaliser leur programme de prendre le pouvoir par le chaos et la violence de la rue», a-t-il renchérit.

Pour André-Alain Atundu, seul le dialogue convoqué par le chef de l’Etat , avec le soutien de la communauté internationale, aboutira aux solutions aux problèmes réels du pays notamment celui lié au processus électoral contrairement au conclave du rassemblement dépourvu d’effet nouveau.

Ce pôle de l’opposition absent au dialogue qui se tient actuellement à Kinshasa a invité les Congolais à rester « vigilants » jusqu’à la tenue d’un « vrai dialogue ».

Lors son discours de clôture du conclave, Etienne Tshisekedi a évoqué la fin du mandat présidentiel. L’opposant historique a promis de délivrer un « carton rouge » au président Kabila à la fin de son mandat en décembre prochain.

L’opposition soupçonne l’actuel chef de l’Etat de vouloir s’accrocher au pouvoir après l’expiration de son mandat le 19 décembre prochain.

Au cours du dialogue, la Commission électorale nationale indépendante a annoncé que les élections ne pourront pas avoir lieu avant décembre 2018.

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE