Combattants Sud-soudanais à Goma: la réaction de Lambert Mende

0
237

Dans un communiqué parvenu à Politico.cd le lundi 12 septembre, la Monusco qu’elle poursuit, avec « le siège des Nations unies » à New York, « les discussions avec le gouvernement de la RDC et les organisations sous-régionales afin qu’une issue favorable soit trouvée à cette situation qui pourrait devenir une menace pour la paix en RDC », alors que les Nations unies ont exprimé leurs inquiétudes sur « ce mouvement des troupes » dans une région de l’Est de la République démocratique du Congo qui traverse une situation sécuritaire précaire depuis des années.

Dans ce texte, la Monusco dit avoir porté secours depuis le 17 août à 634 ressortissants sud-soudanais présents dans le parc de la Garamba, réserve naturelle du nord-est de la RDC frontalière du Soudan du Sud. La Monusco affirme avoir « extrait » ces personnes du parc dans le cadre d’une « opération d’assistance à but humanitaire ».

Déjà plusieurs habitants de la province du Nord-Kivu se disent inquiétés par cette nouvelle entrée des rebelles Sud-Soudanais.  Alors que le gouvernement congolais et la Monusco confirment que ces combattants ont préalablement été désarmé avant leur entrée en RDC, les populations civiles s’inquiètent que cette entrée ne puisse emprunter le scénario des Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda (FDLR), qui sont entrés officiellement sur le sol Congolais en tant que réfugiés, puis se sont constitué en milice, aujourd’hui accusée de plusieurs exactions contre la population des zones sous leur contrôle.

Pour Lambert Mende, le Porte-parole du gouvernement, il est question « d’humanité« .

« Quelle est la solution? Qu’on laisse mourir quelqu’un qui est blessé parce qu’il y a eu des FLDR qui sont venus (…) l’humanité vous la mettez où?« , s’interroge le Ministre Mende, joint au téléphone par Politico.cd

 

Politico.cd

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE