CAN 2017 : Ibenge revient sur ses choix !

0
120

Après la participation de la RDC à la Can Total Gabon 2017 avec les Léopards et après les obsèques de son garde de corps, Washino Mbombo, Florent Ibenge, l’entraîneur du onze national, s’était envolé pour l’Afrique du Sud où V.Club avait installé son quartier général, pour sa préparation, dans le cadre du match aller des préliminaires de la ligue des champions de la CAF. Après l’élimination des Léopards et avant son voyage pour l’Afrique du Sud, Florent Ibenge, certainement émotionné par le décès de son garde de corps, n’avait pas eu le temps de faire le bilan de la campagne Gabonaise.

Le lundi 13 février 2017, à l’issue de la séance d’entraînement de V.Club au Stade Tata Raphaël, Ibenge a délié sa langue pour s’exprimer à propos de la victoire des Dauphins noirs sur Royal Leopards mais aussi sur les leçons à tirer de la Can Total Gabon 2017. C’était pour la première fois que le sélectionneur s’exprimait à ce sujet en expliquant les différents choix qu’il a eu fait durant les 4 rencontres de cette CAN !

Leopardsfoot : Comment s’est passé le séjour à Mbabane ?

Florent Ibenge : Tout s’était bien passé. Mais les conditions étaient très difficiles parce qu’il y avait beaucoup de vent au point que les joueurs ont eu de la peine à maîtriser le ballon. Par conséquent, il y a quelques erreurs techniques même si on n’a pas laissé la possibilité à l’adversaire de s’exprimer comme il se doit. Ce qui est important dans une rencontre avec qualification, c’est de ne pas galvauder le premier match surtout quand on se produit à l’extérieur. L’essentiel était que V.Club marque un but sans en encaisser en retour. C’est de bon augure pour la suite. Mais ça ne suffit pas. Il faudra que l’on maintienne le cap tout en se méfiant de l’équipe swazie qui a la réputation de mieux s’exprimer à l’extérieur avec comme arme fatale : la contre-attaque. Pour preuve, quand V.Club a réussi son unique but, Royal Leopards s’était rué à l’attaque avec un jeu direct au point de nous pousser sur la défensive. Dimanche, pour que V.Club se qualifie, nous devrons mettre la pression sur notre adversaire, tout en restant maître de notre destin.

Nous avons parlé de la victoire de V. Club, pour son premier match en préliminaires de la ligue des champions de la caf. Pouvons-nous parler de la Can et en dresser le bilan vu qu’on n’a pas eu l’occasion de vous avoir entre-temps ?

Sur le plan comptable, les Léopards ont livré quatre matches pour deux victoires, un nul et une défaite. Dans l’ensemble, je suis un peu déçu car on pouvait aller plus loin que les quarts. De l’intérieur, on n’a pas su faire mieux à la suite de nombreuses blessures qu’on a subit au fil des matches, si bien que l’on n’a pas su gérer l’effectif comme on le voulait.

Quelles sont selon vous, les causes de l’élimination contre les Black Stars du Ghana ?

Les raisons de la défaite contre le Ghana ? On a manqué d’efficacité en première période. Nous avons disputé une première mi-temps sans commettre la moindre erreur tactique. Malheureusement à la reprise, on encaisse un premier but sur une première erreur. Remy Mulumba ne prend pas l’info derrière lui. Et surtout, on ne lui parle pas. Si on lui avait parlé, il n’y aurait pas eu de soucis…. Toute fois, on a quand même eu le bonheur de revenir par un superbe but de Mpoku qui nous laissait entrevoir les prolongations à l’horizon. Malheureusement, nous avons encore pêché par une erreur individuelle. D’où l’option de jouer le va-tout en sortant Mpoku au profit de Bakambu pour jouer loin devant parce qu’on pensait exploiter sa vitesse et les ballons en profondeur. Ensuite, Bokila est monté à la place de Mubélé pour pour tenter de gagner les balles aériennes mais contre toute attente, Remy Mulumba s’est blessé. D’où l’obligation de le remplacer par un milieu de terrain qu’on avait plus, puisque Youssouf Mulumbu était blessé, autant que Maghoma et même Neeskens Kebano. Il ne restait plus que Jonathan Bolingi en solution puisque Zakwani et Ikoko avaient rejoint l’infirmerie. L’équation se compliquait davantage par manque de remplaçant. Et ceux qui estiment que jouer en 4-4-2 était la solution à ce moment, le Ghana en a profité pour se créer des espaces. Voilà la situation qui nous a poussé à jouer notre va-tout.

Sur les quatre matches livrés, lequel a été le moins fringant ?

En tant qu’entraîneur, il y a eu des différences dans l’appréciation. Il y a eu de la satisfaction contre le Maroc. A neuf contre onze, nous avons fait un bon résultat. A l’occasion, je n’aime pas parler de l’arbitre surtout quand il est orienté. Coup de chapeau donc à ces joueurs qui étaient sur le champ et ceux restés sur le banc. Les Léopards ont fait montre d’un mental extraordinaire et un caractère exceptionnel. Tenez, de retour à l’hôtel, après le match, Marcel Tisserand m’a lancé : « Coach, ça été le match le plus difficile de ma vie ». Et dire que les joueurs ont pondu ce match exceptionnel après un état de grève…

La Côte d’Ivoire

Nous avons abordé cette rencontre avec des blessures. Ikoko se blesse alors qu’on n’a plus de latéraux à la suite de l’indisponibilité de Fabrice Nsakala et Joyce Lomalisa suspendu. La solution était donc de mettre Chancel Mbemba à droite. A la sortie de Jacques Maghoma, on était obligé de faire des remplacements par défaut avec Mulumba et Mulumbu au milieu de terrain. Autre malheur, Junior Kabananga fatigué, avait demandé à sortir. D’où on a fait monté Jonathan Bolingi, plus travailleur sur le plan défensif et qui pouvait tenter d’empêcher les montées de Serge Aurier. Puis, on s’est demandé pourquoi ne pas sortir Mbokani ? Mais il n’y avait pas quatre remplacements mais trois avec deux joueurs blessés et un autre fatigué… C’était compliqué !

Contre le Togo

Il fallait avoir de l’expérience pour ce match où l’on pouvait sombrer à tout moment mais c’est avec brio qu’on l’abordé pour l’emporter au finish. Au bilan de la première phase, les Léopards ont engrangé sept points en trois sorties. Bravo aux joueurs pour ce pari, on ne pouvait pas leur demander mieux !

Contre le Ghana ?

Nous avons perdu cette rencontre avec beaucoup de regrets comme je l’ai souligné précédemment.

En conclusion, ce fut quand même une bonne campagne ?

Nous soulignons qu’au départ, notre rôle était de nous qualifier pour la Can 2017. Nous y avons été avec 15 points sur un maximum de 18. Au lieu de pleurnicher, prenons les choses du bon côté. A notre avènement, les Léopards étaient classés 104èmes sur le plan mondial. Aujourd’hui, les fauves congolais sont côtés 37èmes. Nous devons rester sur la même lancée pour aller au Mondial 2018 en Russie. C’est l’objectif que nous nous sommes fixé. Et nous allons l’atteindre. Nous sommes content d’être sur la bonne voie. Ne nous laissons pas distraire, n’en déplaise à ceux qui veulent tirer le pays vers le bas. Malgré les esprits chagrinés, nous devons nous remobiliser et travailler pour être ensemble à la coupe du monde 2018.

Paul Kazozo
Léopards Foot

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE