Bataille autour du Comité de Suivi. CENCO auprès de Tshisekedi !

0
160

Les discussions devraient reprendre ce mercredi 11 janvier au centre interdiocésain. En attendant la signature du Front pour le Respect de la Constitution et de l’Opposition signataire de l’Accord –OPSA-, les Evêques laissent transparaître la volonté de s’investir, désormais, à accorder les violons de ceux qui ont déjà déposé leurs propositions pour les arrangements particuliers.

Aux dernières nouvelles, la Majorité Présidentielle, le Rassemblement et quelques personnalités dont Vital Kamerhe l’ont fait. Mais, les prélats catholiques n’abandonnent pas pour autant la quête de l’inclusivité. Ainsi, il appert qu’ils mettent deux fers au feu puisque le temps n’attend pas. Il faut, absolument, agir vite. Aujourd’hui, sauf imprévu, les princes de l’Eglise Catholique sont sensés échanger avec Etienne Tshisekedi. Ils essaieront, certainement, de lui poser directement le dossier FRC au sujet du Comité de suivi.

Dans le cadre de cette double quête hier, mardi 10 janvier 2017, la CENCO a conféré avec une délégation du Rassemblement et, face au lider maximo ce mercredi, les évêques vont, assurément, aborder les demandes d’Eve Bazaïba et du Front qui continuent d’exiger la tête du Comité de Suivi. Initialement prévue hier, ce énième face-à-face entre les évêques et le lider maximo va, d’après des sources, avoir à son menu l’analyse des propositions des différentes parties signataires de l’Accord du 31 décembre sur les arrangements particuliers.
Les vues

Dans ses projections dont la dernière partie aura été remise lundi soir à la CENCO, le Rassemblement de l’opposition proposait la création de trois postes de Vice-présidents pour accompagner Etienne Tshisekedi au Comité de National de suivi de l’Accord dont un devrait sortir des rangs du MLC et de ses alliés. Voilà ce que propose aussi la Majorité présidentielle. Mais, s’il faut tabler sur les convergences, elles s’arrêtent là. Pour le reste, la MP se soucie du chronogramme de l’application de l’accord et propose que le prochain Gouvernement ne soit investi qu’à la prochaine rentrée parlementaire, soit au mois de Mars 2017. Alors que le Rassemblement appelle à la convocation d’une session extraordinaire du Parlement.

Chaudière

Pendant comme après la bataille pour trouver un consensus sur les arrangements particuliers, la CENCO doit exorciser le démon qui bloque la vraie fausse ‘’inclusivité ‘’ dont souffrirait le compromis du Centre Interdiocésain. Samy Badibanga, le Premier Ministre de l’actuel Gouvernement, à travers une lettre adressée à la CENCO, consignée par José Makila, Jean-Lucien et Azarias Ruberwa, exprimait, le lundi dernier, ses réticences à signer ce document.

L’absence des paraphes des trois cosignataires sur le document de la CENCO couplée à celle des trois délégués du Front constitue l’argument de poids qui qualifie de non inclusif l’Accord du 31 décembre. Jusqu’ici, aucun ave maria récité par les évêques n’a su défaire ce couac.

La prospérité

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE